Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 septembre 2011 3 28 /09 /septembre /2011 22:57

Le 18 septembre 2011, Michel Serres déclarait à France info : « Astérix est un éloge du fascisme et du nazisme, il est violent, drogué et hostile à la culture ».

2009_01_28_asterix_uderzo_bagarre_inside.jpg

Nous pourrions rajouter : Astérix ? Ce nabot bande mou et sans personnalité, qui ne doit son éternel salut qu’à un deus ex machina contenu dans une bourse de substitution, ce salvateur aphrodisiaque qui tire notre héros de petite taille de tous les mauvais pas, grâce à l’imagination sans bornes de deux dolmens mal dégrossis de l’âge de pierre de la BD franco-belge. Astérix ? Une sorte de tintin gaulois à fausse moustache flanqué d’un cabot sodomite et d’un obèse consanguin à la bête allure de culbuto. Astérix ? Aucune femme normalement constituée ne pourrait envisager la perspective d’un échange de fluides intimes avec ce petit bonhomme obsédé par les mollets enrubannés de la soldatesque romaine, toujours partant pour des aventures jobardes nappées de vinasse et de sangliers engloutis en rotant.

A la rédaction de France info, des auditeurs furibards sont monté au créneau contre l’iconoclaste. Et depuis, de bêtes blogs BD et d'autres médias confits dans le sérieux volent au secours de la malicieuse demi-portion agitant ses petits poings roses contre l'envahisseur. Quoi ? On touche à nos chères gauloiseries ? Notre patrimoine culturel est soudain compromis ? Las. C’est donc cela, la France. Un petit village de beaufs qui le matin se dispute à coup de merlan, de cabillaud et de congre et le soir, vomit son trop-plein de viande sur les tables grossières d’un banquet charcutier.

 

                                     7av2


Notre prudent Michel Serres a revisité son jugement, estimant que les termes « nazis et fascistes ont été trop forts », ils ont « dépassé » sa pensée. Il conclut par une séance de rattrapage : « j’ai fait une seconde faute contre l’humour ». Quel dommage que Michel Serres n'ai pas eu de potion magique. Il aurait pu casser la gueule à pas mal de Gaulois.

 

Frère des ours

Partager cet article

Repost 0

commentaires