Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 juin 2012 2 19 /06 /juin /2012 09:03

 

boschpmad.jpgEn ce siècle peuplé d’abrupts damnés, certaines âmes ont les racines si corrompues qu’elles pourrissent jusqu’au charnier sur lequel elles poussent. Le site Wartmag relayait récemment dans sa rubrique insolite et sur un ton faussement prude et guilleret les dernières atrocités commises au nom de la prolifération de masse des cellules cancérigènes d’une tumeur abominée. 


« Les Schtroumpfs en film porno ! », s’exclame-t-on chez Wartmag, comme s’il s’agissait d’une formidable nouveauté, comparable à l’avènement de notre Christ Seigneur dont le retour, nous l’annonçons, fera pleuvoir le grand feu purificateur sur l’humaine putréfaction. 


L’on ne saurait interpréter la présentation officielle de ce site, qui définit sa ligne éditoriale comme « très ouverte », mais « quand même pas autant que Paris Hilton », peut-on lire au bas de la page d’accueil. Etrange positionnement, si ce n’est position. Sans aller jusqu’au grand écart facial, ce site d’actualité sur la bande dessinée n’est pas contre une fente de gymnaste. Souple, mais pas contorsionniste.


Image-1-copie-4.pngComment, alors, interpréter cet article faisant l’apologie de la nécrophilie entre vieux fœtus morts ? Laissez-nous vous éclairer sur les ténèbres de l’âme. La vraie ligne éditoriale de Wartmag est toute semblable à une raie des fesses qui s’écarte volontiers lorsqu’il s’agit de découvrir les lèvres violettes de la schtroumpfette, boursouflées par les membres morts de dizaines de nains bleus.


L’actualité est une suite ininterrompue de compromis et de compromissions. Les partis pris assumés, comme les martyrs, sont rares. Qui, aujourd’hui, se dressera dans l’arène, face aux bêtes affamées par le buzz et l’immédiateté ? Qui avancera vers les tigres mangeurs d’âmes, le visage clair, le cœur serein, sans craindre d’enfreindre sa ligne éditoriale, son code d’honneur, sa foi ? Certainement pas Wargmag.


Meaculpa ne s’étendra pas sur la compagnie Hustler, dont le sort, en haut lieu, est déjà scellé. Dans l’univers aboli qui leur servira de tombeau, la terreur sera totale, l’effondrement immobile, les hurlements muets.


Adeptes de la correction fraternelle, nous invitons Wartmag à faire son examen de conscience dans le repli d’une retraite intérieure. La faute est grande, la miséricorde infinie. Le seigneur ouvre ses bras aux repentis.

 

Frère des Ours

Partager cet article

Repost 0
Published by meaculpa
commenter cet article

commentaires

alexine mangetout 20/06/2012 15:54

j'ai cru m'étrangler de rire ce matin sur chaque article, avec mon café/croissant coincé dans le gosier.
Quelle cruauté, quel venin ! Et quelle justesse ! Tout ce qui manque dans le petit monde du copinage et de la bien pensance de la bd.
Encore, quitte à être damnée, car c'est pêcher par gourmandise ^^

content 19/06/2012 10:39

ptdr